Music par Green Room Session 15.05.2012

Aline : La (presque) success story

Pas besoin de crier leur nom pour qu’ils reviennent, les quatre Français dans le vent ont réussi en l’espace de quelques semaines à imposer une chanson qui fait mouche. Mais qui se cache donc derrière la belle Aline ?

je bois puis je danse coverLes apparences sont parfois trompeuses. En dépit d’un prénom qui pourrait à tort évoquer la chanson fripée de Christophe, Aline n’est pas vraiment spécialisée dans le slow. Encore que le tube de leur premier EP éponyme, Je bois puis je danse, puisse donner envie de se trémousser lentement sur le dancing en matant la gente féminine, toujours un peu lointaine. La grande force du groupe de Romain Guerret sur ce 4 titres sans fioritures, c’est une pop instantanée qui rappelle autant les années 80 du Top 50 que The Cure, Indochine et tout ces groupes anglais qui firent le bonheur des premiers lecteurs du fanzine nommé Les Inrockuptibles. Pas étonnant donc de les retrouver en 2011 sur la première marche du podium du concours CQFD des mêmes Inrocks. Puis aujourd’hui avec un EP sous le bras. Mais qu’on ne s’y trompe pas, Aline n’est pas une jouvencelle et ses membres n’en sont pas à leur coup d’essai. Flash forward.

 

2007 – 2010 : Les années Dondolo

Bien avant de devenir ce groupe à guitares claires, il y a eu Dondolo. Premier groupe synthético-bricole de Romain Guerret du temps des années Myspace, Dondolo c’était la première insouciance, le temps des jeux de mots laids et d’une formidable chanson – Chanteur à succès – qui racontait déjà toute la complexité de l’artiste à se tailler son quart d’heure de gloire dans une époque où tout le monde joue à la starlette éphémère. Seul problème : la France n’est pas prête. Deux albums et autant de fours commerciaux plus loin, Romain aka Dondolo raccroche les gants, un peu blasé. Exit Marseille, bonjour Paris et lifting total.

 

2010 – 2011 : Les années Young Michelin

Certainement lassé par son propre insuccès et les galères récurrentes – sortir des disques, ne pas les vendre, en faire d’autre, ne rien vendre, etc – Romain Guerret fonde avec ses amis un groupe au nom atypique, tout droit sorti d’une association d’idées rocambolesque. Changement de décor avec les Young Michelin et escapade nostalgique dans les 80’s d’Indochine avec une pop rétro – pour ne pas dire un peu datée – qui fait le pari de la Madeleine de Proust pour séduire son audience. Le buzz monte, le groupe parcourt les festivals et gagne ainsi le tremplin des Inrocks qui leur offre une séance d’enregistrement à New York, plutôt infructueuse puisque seul le titre Hélas sera conservé au montage. Pas grave, Young Michelin impose une certaine image décomplexée de la pop française et Je suis fatigué s’impose comme un hit indie. Patatrac. Fort de leur succès, les Young Michelin ont le malheur d’inviter un responsable de la marque de pneus à l’un de leurs concerts parisiens. Conclusion : un procès pour utilisation frauduleuse de la marque Michelin. Dépité par cette crevaison surprise, le groupe voit son envol freiné par de stupides questions juridiques. Retour à la case départ. Décidément c’est pas de bol.

 

2012 - ? : Les années Aline

S’il est une qualité qu’on peut bien reconnaître à Romain Guerret et ses copains, c’est la persévérance. Après s’être cassé les dents sur deux groupes aux durées de vie plutôt relatives, les voici qui démarrent une nouvelle relation avec Aline, un groupe influencé comme Young Michelin par Sarah Records, Marc Toesca et la pop à refrains naïfs. Grâce au soutien d’un producteur aux mains d’or – Jean-Louis Piérot, artisan du son de Bashung, Daho, Miossec, Hubert-Félix Thiéfaine – Young Michelin passe la vitesse supérieure avec de nouvelles chansons qui, en plus de faire des œillades aux années 80, sont désormais entêtantes. La preuve en image avec le clip de Je bois puis je danse, superbe préliminaire au premier album qu’on espère entendre en 2012 – si les maisons de disque émergent enfin de leur inertie. En attendant, restent les trois titres de ce premier EP, à écouter comme un préliminaire. Et pour le reste, vivement qu’Aline atteigne sa puberté.

Aline // EP Aline // Accéléra Son/LELP/Idol
https://www.facebook.com/alinepopband